Annuaire association

Supprimer toutes les publicités avec l'asso-pack + ?
Commander !

Cotizasso, gérer les cotisations de vos adhérents

 A CHACUN SON POINT DE VUE

 

Lions indomptables : Les propositions de la Commission Milla pour la relance


L'intégralité du rapport de cette instance chargée de l'examen des divers aspects relatifs à la préparation technique des Lions indomptables pour la Can et la Coupe du monde 2010.
Par Liste des signataires *


Au terme de 50 heures de travail, voici monsieur le Président la quintessence de nos travaux tout en souhaitant que lesdits travaux soient considérés comme contribution positive d'un groupe d'experts en football et que les résolution prises se limitent à une participation purement technique pour la reconstruction de l'équipe nationale en évitant toute forme de récupération.
La question fondamentale qui se pose est savoir si nous avons aujourd'hui l'équipe capable de gagner la Can en 2010 et nous projeter au-delà de nos acquis antérieurs en Coupe du monde 2010!
Seule une analyse froide de la situation actuelle de notre équipe nationale fanion peut nous permettre de répondre et d'apporter, si besoin est, des solutions appropriée pour maximiser nos chances de succès.

I- Etat des lieux
A/ Analyse technique
1- Sur le plan individuel
L'équipe du Cameroun regroupe quelques individualités de classe mondiale : Eto'o, Gérémi, Song, Kameni qui évoluent tous actuellement dans les grands clubs des championnat européens ; à ceux-ci s'ajoutent deux jeunes révélations de la Can 2008 : Alexandre Song et Stéphane Mbia.
Si on y ajoute les réguliers de la D1 en Europe, à l'exemple des : Makoun, Mbami, Epalle, Job, Achille Webo, Douala, Ngom Kome etc… nous pouvons affirmer que notre effectif est riche, mais un peu vieillissant… Alors, il faut au plus vite leur trouver des joueurs de rechange compétitifs, la Coupe du monde se jouant dans deux ans.

2- Sur le plan collectif
Notre jeu manque totalement de cohésion et le fait d'avoir opté pour le jeu long à tout prix nous a causé beaucoup de tord.

2a-Dans l'animation offensive
Notre côté gauche est inexistant… Tout se passe toujours à droite par des centres de Gérémi, donc facile à contrer par l'adversaire.
Nous avons été dominés deux fois par l'Egypte et même par le Ghana.
La mauvaise utilisation de " Eto'o " sacrifié seul en pointe lors de la finale était en premier lieu un aveu d'impuissance.
Au milieu, il n'y a pas assez de mobilité ; on remontre le ballon sans objectif précis, on se cherche… On se trouve rarement. Les joueurs utilisés ici, bien que bons individuellement, ne sont pas utilisés de façon complémentaire. Nous devons prendre en compte le fait que nos adversaires en Coupe du monde seront au moins au niveau de l'Egypte pour ce qui est des plus faibles… D'où la nécessité de corriger le plus tôt possible nos manquements.
Privilégier un milieu qui utilise mieux le ballon, varie son jeu, alterne le jeu latéral et al profondeur, joue souvent direct à trois ou à quatre, comme pour le but face au Ghana serait l'idéal. Il faut trouver une plus variété d'approche des buts adverses en trouvant les joueurs capables de le faire. Aussi la vitesse dans l'exécution des actions est une arme redoutable pour déstabiliser les défenses les mieux organisées comme on en aura en Coupe du monde.

Le constat sur l'utilisation de Samuel Eto'o nous amène à penser que pour un rendement optimal, il faille trouver un partenaire idéal en attaque.
La défense a opté pour le jeu long tout azimuts… Les défenseurs centraux sont bons dans les duels aériens mais leur relance est approximative. Les couples évoluant sur les deux flancs ne sont pas suffisamment offensifs ; ils ne font presque pas de dédoublements, ce qui à l'évidence affaiblit nos armes offensives.
Les remplaçants en défense sont transparents, aucun joueur sur le banc ne pouvant suppléer valablement les titulaires. Gérémi, avec sa puissance de frappe, devrait jouer avancé pour mieux exploiter son coup de pied et lui épargner de longues courses.
2b- L'animation défensive
Nous défendons très bas, excepté contre la Zambie, le Soudan et la Tunisie en première mi-temps. Ce qui est encore un aveu affiché d'impuissance. Nous nos sommes plus souciés de défendre, de gêner l'adversaire (Ghana, Egypte) que de jouer au football. Notre milieu de terrain n'était bâti que sur un objectif défensif et quand les attaquants étaient utilisés en milieu excentré (Idrisssou), c'était essentiellement pour défendre. Notre milieu est certainement le secteur le plus complet et le plus fourni du moment. Il faut donc tenir compte dans le choix des défenseurs centraux, le respect de la complémentarité : un bon récupérateur avec un autre qui est plus relayeur ; cet équilibre est indispensable pour l'animation du jeu, la différenciation des rôles de paires.
Nous avons les moyens de jouer mieux que ce que nous avons montré.

2c- Le gardien de but
Poste mythique de toutes nos sélections nationales, Kameni Carlos n'a pas failli en finale. Cependant, ses déboires à l'entame de la compétition peuvent être attribués à un manque de concentration… Le fait de n'avoir pas de concurrence imposante à ce poste amenuise la motivation et le dépassement de soi.
B/ Aspect mental
En l'absence d'une préparation efficiente, l'apport mental de nos joueurs a fait le reste : combativité, engagement total, la rage de vaincre, l'orgueil personnel des joueurs et l mise à contribution totale de leur valeur intrinsèque n'ont pas failli. Ils ont tout donné, perpétuant ainsi l'esprit " Lions " que leurs prédécesseurs ont longuement instauré sur le plan international. Avec une meilleure organisation du jeu, ils pouvaient mieux faire.

C/ Aspect environnemental
L'environnement immédiat des l'équipe nationale doit être sain et serein pour permettre aux joueurs de donner le meilleur d'eux-mêmes. L'union sacrée entre le ministère des Sports et la Fécafoot, faite autour des Lions après la lourde défaite contre l'Egypte a certainement été bénéfique pour la suite.
La présence de nombreux amis, des familles, des supporters et autres journalistes dans l'enceinte des Lions est à gérer avec la plus grande fermeté afin d'éviter tout risque d'égarement et de déstabilisation. Il est important de trouver un espace exclusivement réservé aux Lions pendant leur regroupement.
En conclusion, cette équipe manque de cohésion et l'utilisation fantaisiste des joueurs à des postes inappropriées, des remplacements soudains e inopinés ne donnent pas une lisibilité claire de la tactique adoptée par l'encadrement technique. On a du mal à comprendre leur choix et décisions.
Enfin, nous condamnons toute attitude dans l'encadrement technique qui se confondrait au maraboutage… en ignorant son rôle premier qui est l d'apporter par sa connaissance des solutions (techniques) aux problèmes de l'équipe.

Il serait dangereux et suicidaire pour les Lions d'accorder au plus haut niveau de l'encadrement technique des considérations affichées d'un pouvoir occulte sur le rendement et le choix des joueurs. La faiblesse des paires classiques, forts, complices et complémentaires que devrait avoir toute grande équipe est à rebâtir absolument chez nos actuels Lions. Tenez, voici nos paires de Ghana 2008 : Gérémi-Epallé à droite, Atouba-Idrissou ou Nkong à gauche, Mbia-Alexandre Song ou Mbami-A. Song ou Makoun-A. Song au milieu, Song-Bikey dans l'axe, Eto'o-Job en attaque…
Voyons un peu les paires vainqueurs de la Can 2002 au Nigeria : Gérémi-Lauren à droite, Wome-Olembe à gauche, Foe-Djemba au milieu, Song-Kalla dans l'axe, Eto'o-Mboma en attaque. La comparaison est vite faite… Nous devons chercher dans l'éventail des joueurs camerounais meublant les championnats intérieur et étrangers ceux capables d'apporter un plus à la sélection actuelle.
Force est de constater que le groupe qui vient de nous représenter à Ghana 2008, plusieurs postes sont à revoir si nous voulons réussir les Can et Coupe du monde 2010.

II- Recommandations
Au vu de toutes les analyses que nous avons faites ainsi que des pistes de solutions envisageables, à la question de savoir " si nous avons aujourd'hui une équipe capable de gagner à la Can 2010 et de nous projeter au-delà de nos exploits antérieurs en Coupe du monde ", nous sommes en droit d'émettre des doutes qui confortent nos inquiétudes. Ceci nous amène à faire les recommandations suivantes:
1- Répertorier immédiatement tous les joueurs camerounais évoluant en première et deuxième division professionnelle en Europe et ailleurs.
2- Convoquer au Cameron tous ceux qui n'ont jamais été retenus en sélection nationale pendant la période de l'Euro en juin 2008 pour un tournoi de sélection.
3- Ressortie ensuite un groupe de 50 joueurs (anciens et nouveaux joueurs confondus), pouvant postuler à la sélection finale. La liste est renouvelable à souhait en fonction des performances des uns et des autres et elle devra se ramener à 44 au plus vite (4 joueurs par poste).
4- Exploiter toutes les périodes Fifa et les vacances pour faire des rencontres amicales devant permettre de réduire progressivement cet effectif vers un effectif opérationnel.
5- La veille de toutes les rencontres internationales de l'équipe nationale, un match mettra aux prises l'équipe réserve à une sélection locale ou étrangère dans le but d'une évaluation. Pour ce faire, l'entraîneur devra convoquer à chaque regroupement, 40 joueurs dont 22 pour l'équipe fanion et 18 pour l'équipe réserve.

6- Afin de suivre régulièrement et de façon permanente les actions ci-dessus, la mise sur pied d'une commission permanente d'experts est indispensable afin de contrôler la feuille de route technique ainsi arrêtée.
Tout en respectant nos adversaires du premier tour qualificatif, Cap Vert, Tanzanie et île Maurice, il est urgent d'intégrer de nouvelles valeurs dans l'effectif actuel des Lions en vue de la préparation de la prochaine Can et la Coupe du monde 2010. A cet effet, une attention particulière devra être accordée à l'équipe Espoirs qualifiée pour les prochains Jeux olympiques.
7- Susciter une concurrence saine et loyale parmi les joueurs et veiller qu'elle ne soit bafouée par des "apprentis sorciers".
A la lumière de toutes ces données, forces est e reconnaître l'intense activité qui attend l'encadrement technique qui, au-delà de l'expérience et e la compétence, devra encore convaincre sur le plan de la personnalité et de la responsabilité.

Président : Albert Roger Milla
Vice-président : Dominique Wansi
Secrétaire : Michel Kaham
Membres : Jean Manga Onguene, Jules Frédéric Nyongha et Martin Ndtoungou Mpile