Annuaire association

Supprimer toutes les publicités avec l'asso-pack + ?
Commander !

Cotizasso, gérer les cotisations de vos adhérents

Le football et les hommes crocodiles …le désaveu de la girouette

 

Par nos mots parfois nous sommes coupables de guerre ,par nos actes aussi nous le pouvons être tout autant .

 les mauvais résultats de l’équipe nationale de football du Cameroun sont venus préciser par les maux que le diagnostic collectif a établi et révélé au grand public depuis plus de 5mois que le malaise au sein des lions inquiète, que la situation interpelle, le classement choque et que l’heure est grave ;

L’heure est grave et le doute est grand ,elle est grave car notre espoir est mince, mais puisqu’ à  «  l’impossible nul n’est tenu »  on s’accroche à notre passé qui, par la  voix de la sagesse  nous rappelle l’hymne de notre jeunesse ,qui jadis nous invitait à l’union ;

L’union sacrée !

 parce que le chaos autour des lions indomptables qui sert les causes égoïstes  des uns et des autres se paie cher, nous l’avions clamé haut et fort exigeant un plan d’urgence lorsque désunis les hommes qui composaient   le groupe des lions nous ont offert la démobilisation mentale  et le désordre comme modèle social sportif , lorsque ceux qui  avaient  la responsabilité de la gestion et des décisions ont laissé pourrir une situation par la stratégie digne  des amphibies qui nous a laissé valser dans la mangrove jusqu’à la décrépitude : les hommes crocodiles.

Incriminer et diaboliser les autres ne fait pas forcément de vous un dieu ,le football camerounais à travers les lions indomptables est en crise et les révélations du mode de fonctionnement de la fédération par un de ses anciens directeurs nous en disent long sur le fromage  mais il ne faut pas en rajouter ;

 au risque de tout confondre, il faut choisir les mots à défaut de savoir se taire, les cibles au risque  de vous planter et de rendre à l’opinion l’image triste et désolante d’un cygne bien que chantant apparait au yeux de tous comme  désespéré .

Et  le Cameroun n’est pas en état de guerre ,ni civile ,ni ethnique ,ni médiatique ,ni de génération, ni de leadership et on ne peut exiger des autres qu’une attitude que l’on s’impose à soi même, le respect des autres, l’humilité, l’esprit de groupe et de sacrifice un zeste de patriotisme qu’une situation de crise peut nécessiter ,alors il faut choisir les mots !

Car oui  la communication oriente la pensée et la voix du peuple , et  les mots y contribuent lourdement, quand ils sont mal choisis ,ils compliquent le message et peignent l’esprit caché de celui qui les émet, mais ils ne peuvent créer en nous un sentiment de guerre que lorsque comme un feu la guerre couve en nous et attend par sa flamme une bouffée d’oxygène  pour  tout dévaster ;

« Alors le cessez le feu » !

‘’L’homme de la situation ‘’ qui nous a évité par la maladresse  de nos vains propos l’occasion  de paraitre moins intelligent en voulant donner son avis sur tout nous plonge dans la prétention d’avoir le droit de juger les hommes que nous avons accusé ,de faire et défaire les carrières derrière un micro ou un écrit en maniant venins et poisons comme si le  journalisme en donnait le droit ,comme si  cette profession n’avait plus d’éthique ,diantre ,journaliste il faut savoir le rester !

tout journaliste a le droit de quitter son métier pour se convertir à l'agriculture,quitter les bureaux de luxe de gré ou de force pour les sous sols de son choix ,mais pas pour lancer des torpilles qui font entrave à la volonté d'avancer dans la sérénité et administrer des coups bas alors que  quand on plonge  le miroir au fond du puit des révélations  nul n'est vraiment irréprochable;

paul LE GUEN "ne sait pas gérer les hommes" peut être...mais nous laissons à l'auteur la dimension subjective de son avis mais fermement convaincus d'une chose qui est que  LE GUEN n'utilisera pas sa position de coach comme ces  parasites qui gravitent autour des lions pour racketter les joueurs et construire leur vie parce qu'il  est à l'abri du besoin par le fruit de son labeur et d'une carrière pleine et reconnue ,un parcours  qui ne tire pas ses bénéfices des sombres activités d'un itinéraire que le monde sait chaotique

il faut savoir rester journaliste! 

le rester en rangeant la stratégie des pensées lacrymogènes  pour se mettre à l’abri du ridicule et laisser le temps et son œuvre s’exprimer.

 les lions pour se qualifier ont bien besoin d’une stratégie claire et plus précise  à ce stade  ça va de soi,  alors  s’abstenir  dans le verbe quand un paramètre nous échappe  pour ne pas alimenter un chaos ,un désordre médiatique qui fait dire au comité de stratégie pour la qualification des lions indomptables qu’il est nécessaire de respecter un cessez le feu de 5 mois, quand le verbe  pédant parle de naviguer à vue ,un véritable terme de guerre  qui révèle  les nuances d’une réception folklorique   et démesurée qui déplace  les enjeux  de la nation vers les basses batailles de la manipulation de l’opinion ;

le comité de stratégie n’a pas besoin de répondre à la provocation mais il est difficile pour les gens qui  le composent de  ne pas se sentir concernés par tout ce qui est nauséabond sur ces affaires  car leur histoire est jumelle de ce celle de la maison hantée

Organiser un tel folklore  et répondre sur une pancarte    ‘’ homme de la situation  PAUL LE GUEN ‘’   ne rend pas une piètre stratégie plus noble par une calamiteuse image , mais était ce bien nécessaire ?  tout comme le choix d’un terme aussi barbare qu’inapproprié divise quand on doit se réunir  et se rassembler sous les couleurs , ‘’  le cessez le feu ‘’choque et ce terme  positionne l’opinion en fraction, en  avons nous besoin ?

la presse n’est pas tendre ,il est vrai , mais elle  est encore plus amère quand elle se sait bâillonnée et arbitrairement incriminée ,quand elle se sait couverte  par la précision des faits tels qu’ elle les rend et  les révèle au public.

Le désaveu de la girouette

Mais Chez nous aussi ‘’l’ordre est dans le désordre ‘’.

ce thème en physique qui a valu à la France son dernier prix NOBEL lui vaut aujourd’hui les grâces de nous mener à la victoire ,les honneurs  ,les fleurs et tam-tam du jour  par ceux la même qui demain quand tout ira mal ,ne règleront plus vos factures , votre chambre, votre salaire , pour nous qui connaissons la sortie de scène imposée par les vents mal tournant ,on ne peut pas mieux faire dans l’hypocrisie hospitalière ;

car les hommes qui composent ce comité de stratégie sont  ceux la même qui à une exception près de par leur immobilisme ont hier  conseillé , siégé et décidé sur l’ensemble de ce qui aura maintenu notre football dans la médiocrité des choix aujourd’hui révolus et improductifs  par’’ le syndrome des six mois ‘’ hier DEPIREUX ,ARIE HAAN ,ARTUR JORGE…

une stratégie de terrain et non de bureaucratie et de pouvoir nous avait semblé plus adéquate les cadres techniciens désavoués  d’hier auraient aussi pu être réhabilités  BELL , EKEKE, DJONKEP  etc. …  c’est aussi ça l’union sacrée mais  il n’en sera  rien dans un univers  fédéral très conservateur  c’est beau l’union quand seuls les autres doivent s’y astreindre ;


alors La prise de fonction de PAUL LE GUEN a été correctement balisée par le comité  pour l’union sacrée, les anciens capitaines des lions ont été invités dans  la précipitation ,la confusion et le gaspillage des deniers , nous avons pu apprécier par la coïncidence des dates la présence de Samuel ETOO  au départ de ROISSY  sur le même vol ,n’y voyez pas de sombres  manœuvres, même si c’est plus fort que vous tout comme celle de FRANCOIS OMAM BIYIK , de JACQUES SONGOO  à l’arrivée au Cameroun comme  un message de notre corps stratégique ,nous avons perçu le message et  vous tiendrons pour responsable si les stratégies que vous allez élaborer nous rendaient demain un constat d’échec ,on se souvient encore  du collège d’entraineurs ;

car là où une seule réunion est nécessaire il est pondu un comité essentiellement composé des hommes qui sont là pour corriger ce qu’ils n ‘ont pas compris hier ,ne comprennent pas  toujours aujourd’hui et risquent de ne pas comprendre demain comme s’ ils avaient oublié que le projet d’’hier tenait de leur pensée.

Désormais pour  que le job soit bien  fait, il faudra  rester uni une fois que cela est fait  et les échéances annoncées nous aurons le droit de garder le silence il est vrai pour un climat favorable à une dynamique de succès par l’union sacrée ;

Mais  en cas d’échec les 5 et 9 septembre prochain il sera difficile d’échapper à sa  propre science  et à sa propre  pensée ;

le  comité  ,celui dont les membres du collège d’entraineurs tiennent aujourd’hui au grand dam de leur carrière respective la triste humiliation du  désaveu de la girouette devra assumer ses responsabilités et il n’y aurait pas de honte à nous offrir une  démission  collective et passer la main .