01 OCTOBRE 2012

● Depuis 21 ans les entraîneurs se succèdent à la tête des Lions Indomptables, vivant remous et infortunes diverses, mais à chaque expert sa vision, à chaque sélectionneur sa philosophie et à chaque homme son regard.

Après la déconfiture en Coupe du Monde 2010 sous Paul Le Guen , les Lions Indomptables du Cameroun se sont empêtrés en eaux troubles comme un signe du temps. En 2 ans, 2 entraîneurs se sont cassés les dents sur cette mission : Javier Clemente d'abord et Denis Lavagne ensuite. De ce dernier, nous avons prédit la fin dans cette chronique au fil des mois, tant la pauvreté de son projet semblait inégalable. Ainsi donc, le 19 septembre dernier après une défaite 0-2 face aux Requins bleus du Cap vert, il est suspendu par l'État Camerounais par un communiqué ministériel qui donnait mission à Jean-Paul Akono de prendre en main le destin de l'équipe nationale pour un objectif on ne peut plus précis : Qualifier les Lions pour la Can 2013.

Si pour le coach il est inacceptable que le Cameroun soit absent à deux compétitions consécutives de CAN, les moyens à mettre en œuvre étaient aussi troubles que le climat au sein d'une tanière polluée. Après sa louable médiation auprès des anciens, Jean-Paul Akono a pu réconcilier Samuel Eto'o et Rigobert Song, respectivement ancien capitaine des Lions en Grève et Team Manager en activité, sous la bienveillance du premier ministre, Philémon Yang. Nous espérons cette réconciliation de bonne foi car pour la suite des choses, le nouveau sélectionneur a tenu à apaiser un vestiaire sous pression Et quand on sait l'importance de cet espace dans la préparation des grandes batailles en sport de haut niveau, ce n'est pas rien.

Jean-Paul Akono ne reconstruira pas en une liste de 26 Camerounais le prestige perdu d'un pays. Il est de notre devoir à tous de se le rappeler, sa mission ne porte que sur la qualification des Lions Indomptables le 14 octobre prochain. La liste des joueurs retenus est établie dans cet esprit. Certes, les avis seront divergents sur le choix des noms mais ne nous trompons pas d'objectif : les hommes appelés pour le match retour contre le Cap-Vert auront pour devoir de restituer au peuple camerounais l'honneur perdu par la Nation.

Un voyage initiatique

Le nouveau sélectionneur des Lions Indomptables aura sillonné l'Europe en 5 jours, consulté les hommes dont il a besoin afin de fédérer les esprits autour de sa mission. France, Allemagne, Espagne, Autriche, Russie, Turquie, autant de destinations que nous retrouvons dans la liste de 26 joueurs retenus pour cette mission.

On pourrait s'étonner ou non de l'absence des uns, du retour des autres ou de la réhabilitation de certains. Mais pendant que certains recherchent des critères absurdes régionaux et linguistiques de sélection, la lisibilité que nous avons de cette liste répond à la démarche propre à l'aboutissement d'une mission difficile expliquée plus haut. Celle d'un homme qui a une connaissance profonde de la tanière et qui maîtrise l'historique et les qualités des joueurs de notre vivier national, qu'il a observé et qui, dans sa stratégie, recherche la complémentarité et l'esprit qui répond à l'objectif ultime qui lui a été demandé d'atteindre.

Bien que certaines réponses restent en suspens, celle de la hiérarchie des gardiens est hautement sensible. Qui de Guy Roland Ndy Assembé, Carlos Kameni ou Jocelyn Mayebi sera numéro 1 ? Jean-Paul Akono va t-il privilégier le temps de jeu en club ou l'expérience ? Le premier cas étant à l'avantage du portier nancéen, il serait nécessaire, quel qu'en soit le cas, que Carlos Kameni soit mis au devant de ses responsabilités dès le début du stage.

Un leader par ligne

En défense on notera à l'avantage de ce groupe que tous les joueurs sont titulaires et excellents dans leur club respectif. De Nicolas Nkoulou à Joël Matipen passant par Aurelien Chedjou ou Jean Armel Kana Biyik, le petit nouveau, et Dany Nounkeu  élu meilleur défenseur du championnat turc 2011-2012. Sans oublier Allan Nyom, Henri Bedimo et Gaétan Bong, la ligne défensive, comme tous les autres secteurs, est encadrée par au moins un cadre expérimenté, Pierre Womé et Benoit Angwa.

(EMANA face au cap vert)

Si cette mesure corrige une faiblesse de l'équipe camerounaise ligne par ligne plombée par la qualité défensive et sa relance depuis plusieurs mois. ,cette base de travail sur une ossature avec un leader par ligne doit nous convaincre par les faits actés dans les prochains jours.

Ce groupe mixte composée d'hommes au vécu plus fourni et de générations différentes donne une précision sur l'expérience requise et de la consistance recherchée par le sélectionneur pour cette mission ponctuelle

Le milieu et l'idée du jeu

Dans cette zone, l'importance du chantier a exigé de l'ouvrage au sélectionneur. Étant l'ADN de toute idée du jeu, des hommes aux qualités bien définies sont venus s'ajouter à Alexandre Song, seul rescapé du naufrage de Praia. Modeste Mbami, champion olympique 2000, finaliste de la coupe de confédérations 2003 et finaliste de la CAN 2008 a été rappelé. Jean II Makoun, l'un des rares accélérateurs de jeu camerounais qui avait clamé sa solidarité à Eto'o après le Marrakechgate, fait son retour au coté d'Achille Emana, dont la présence n'est point une surprise. Son talent et son expérience font de lui une solution offensive redoutable mais son rendement demeure parfois imprévisible. Il est dans la gamme de joueurs affectifs qui ne donnent le meilleur d'eux-même que lorsqu'ils se sentent totalement aimés des sélectionneurs et compris par leurs pairs. Il faudrait simplement que sa forme physique du moment lui permette d'exprimer son immense potentiel intact.

Williams Overtoom, continue son apprentissage de la vie en sélection, Patrick Mevoungou dans un profil de relayeur rejoint le groupe ainsi que Junior Ollé Ollé, qui répond au profil de joueur de couloir offensif qui fait défaut aux Lions Indomptables depuis plusieurs années. Quant à Idrissou Mohamadou, dans le même rôle, il dispose des qualités de buteur providentiel et de piston infatigable sur les flancs. De plus, son jeu de tête et son expérience dans des situations de rencontres à efficacité immédiate donne au sélectionneur une palette plus large. Même si nous lui reconnaissons des lacunes techniques, celles-ci sont largement compensées par sa puissance et le combat physique sera l'une des clés de ce rendez vous du 14 octobre 2012.

L'attaque et la clé des champs

Si le retour de Samuel Eto'o était une nécessité pour ce genre de rendez vous, le meilleur atout offensif camerounais est une arme psychologique dont aucune équipe au monde ne pourrait se passer pour ce type d'échéance. Achille Webo en baroudeur, le meilleur buteur du championnat turc est un point de fixation que l'évolution actuel du jeu du leader camerounais exige tant en club qu'en sélection. Vincent Aboubakar, qui effectue un bon début de saison avec son club malgré son manque de réussite, dispose d'un bagage technique et du culot parfois nécessaire pour déstabiliser une défense qui, comme celle des Requins Bleus sera à coup sûr ultra-verouillée.

Le petit nouveau Fabrice Olinga Essono sera en cas de sélection définitive, le plus jeune joueur de l'histoire des Lions Indomptables en match officiel. Pour le joueur de Malaga, en qui les médias espagnols voient le nouveau Samuel Eto'o - comparaison fortement osée selon nous - le niveau nous semble encore bien loin de l'exigence des grandes batailles. Enfin, la présence de Joël Babanda  marque une ouverture aux footballeurs locaux. La DTN souhaite ainsi provoquer une émulation nationale plus forte par le mérite d'un joueur local qui a fait ses preuves en Elite One avec l'Union de Sportive de Douala, champion du Cameroun 2012, et dont les qualités de buteur ne sont plus à démontrer comme ce fut le cas il y a 3 ans pour le valenciennois Aboubakar.

La table est donc mise.

Daniel Nsongo