La liste rendue par le sélectionneur national en vue de la prochaine rencontre qui opposera le Cameroun au Togo le 23 mars prochain est bel et bien tombée, après moult tracasseries et gesticulations inutiles. Cette composition vient confirmer tout le mal que nous pensons de la moralité des sélectionneurs locaux, l'incurable gangrène des sélections marchandées au Cameroun.


Jean-Paul Akono, sélectionneur des Lions Indomptables © Getty Images

Le football camerounais qui navigue actuellement en eaux troubles est, hélas, dans une sphère en pleine sclérose. Puisque personne n'a plus d'autorité sur personne, du ministre des Sports au président de la Fécafoot - en campagne en vue des élections futures -.

 

Du sélectionneur en sursis au capitaine Samuel Eto'o qui craint pour son intégrité physique jusqu' aux joueurs, toutes nos pseudos stars semblent complètement paumées dans ce projet sportif.

Ce désordre sans nom expose toute la nation à une fragilité inquiétante et alarmante qui laisse la place à des réflexes dénués de moralité dans le management. Tout se fait de part et d'autre au détriment de l'intérêt de l'équipe nationale pour servir les égos et les poches avant le chant du cygne.

« Laver le linge en famille » a proposé Jean-Paul Akono ! Peut-être, mais on ne saurait le faire comme si rien ne s'était passé en Tanzanie. Le comportement du sélectionneur, qui donne l'image d'un homme aux abois, est un spectacle presque désolant devant le manque d'honnêteté intellectuelle qu'il affiche pour défendre l'indéfendable, justifier l'injustifiable. Nous ne saurons servir de caution à cette infâme cabale qui consiste à rançonner les joueurs sans niveau réel requis au mépris de tout, dans l'espoir que les autres tiendront la baraque.

Le vice... la roublardise... le mensonge et l'incompétence !

Sauf défaillance des outils d'évaluation, lorsque "Magnusson" déclare que les joueurs sélectionnés sont les plus performants du moment, il joue à qui perd gagne. Il manie le vice, la roublardise, le mensonge et l'incompétence parce que dans le fond, il semble carrément se moquer du résultat final du match du 23 mars prochain.

Si en défense, les joueurs retenus en sélection sont tous compétitifs, en attaque et au milieu c'est une boutade car les choix ne tiennent pas la route à deux exceptions près : Jean II Makoun et Stéphane Mbia.

Performants vous dites ? On veut bien le croire mais Leonard Kwekeu avec 14 matchs et 5 buts est il plus performant que Pierre Achille Webo qui a joué 22 matchs (1932 mn) et 12 buts ? Yannick Ndjeng avec 3 matchs est il plus performant que Landry Mouangue Otele qui en compte 22 et 4 buts dans le championnat suisse à son actif ou encore Vincent Aboubakar, qui rend un meilleur temps de jeu de 22 matchs (870 mn) en championnat de France ?

La sélection en dernière minute de Benjamin Moukandjo, qui survient sans doute en regardant à la télé PSG-NANCY samedi soir, montre combien notre sélectionneur tâtonne et cafouille dans son travail alors qu'avant ce match, le même joueur rendait à son compte 24 matchs de Ligue1 soit 1261 mn de jeu et 2 buts. Depuis le début de la saison, seul Samuel Eto'o en temps de jeu avait fait mieux.

Pour Jean-Paul Akono, 2 matches en Thaïlande en valent 22 en EUROPE !

C'est le cas de Matthew Mbuta Adongcho, joueur inactif depuis le mois de septembre 2012 n'a disputé que deux matchs -perdus- avec la Royal Thai Army United FC, un modeste club de Thaïlande. Si ce pays avait un championnat prisé, ça se saurait. Mais comment Adongcho pouvait-il payer au sélectionneur son dû lié à son transfert en Thaïlande sans être convoqué ? Pourtant au même poste, à meilleur rendement, William Overtoem avec son club Az Amaar aux Pays-Bas a disputé 22 matchs, soit 1955 mn de temps de jeu pour 6 buts.

Les Lions Indomptables sont devenus pour les sélectionneurs locaux une vitrine de mission sociale pour la mise en avant des joueurs en perdition. Un placement juteux qui leur donne une indemnisation en cas de signature, peu importe la destination. Ainsi brade-t-on le label des Lions et c'est triste à dire et à vivre.

Le cas Fabrice Olinga qui n'a disputé que 77 mn de jeu depuis le début de la saison inquiète sur deux points : la ponction illégale d'une grosse portion de la prime de présence et de victoire par le sélectionneur et son avenir de joueur. Car que se passera-t-il pour lui demain si le sélectionneur actuel venait à quitter ses fonctions ? Comment pourrait-il se remettre psychologiquement d'un retour sur terre de ce statut d'otage. Il s'agit d'un enfant de 16 ans qui risque de voir ses espoirs voler en éclats, une carrière grillée à jamais. Il n y a que la protection divine qui est éternelle. On a beau être un protégé du capitaine, ça ne justifie pas la bêtise.

Doit-on convoquer un joueur blessé ?

Et les joueurs blessés alors ! Une autre ruse du sélectionneur. Afin d'éviter les risques d'irritation des clubs employeurs, nous pensons que la convocation d'un joueur que l'on sait blessé avant la communication de la liste doit être évité pour la seule et simple raison que le projet de l'équipe nationale ne laisse pas de place au repos mais au surpassement et au dépassement de soi. Les cas Chedjou qui était rayé des listes précédentes pour son franc parler et Ndy Assembe, ne sont que leurre pour une stratégie de remplacement par des joueurs qui paient leur place au coach. Parce que quand on plonge sur la liste de réserve, il vaudrait mieux se taire car Kingue Mpondo qui est en cours de signature au Kazakhstan n'a pas livré un match depuis le mois dernier, ce championnat étant arrêté depuis le mois de décembre et ne reprenant que le 9 mars 2013. Comment a-t-il pu être évalué ?

Alexandre Song, le blessé récurent du Barça est-il plus compétitif par rapport aux autres joueurs de son secteur de jeu ? Au regard des chiffres communiqués, il ne saurait être plus compétitif que Raul Cedric Loé de OSASUNA qui a livré 19 matchs au même poste contre 11 pour Alexandre Song en Liga espagnole. Quand à Achille Emana, le ridicule est que plusieurs ne savent même pas qu'il est en prêt à AL WASL depuis le 24 janvier dernier et qu'il n'a disputé que 4 matches en 2013 à son poste. C'est suffisant après le boycott de Dar es Salam ?

Nous sommes certains que si le Cameroun continue avec ce sélectionneur et les hommes à court de forme il n y aura rien à attendre de cette équipe. En football, le miracle n'existe plus et une équipe sans âme ne peut prétendre sérieusement à gagner et s'inscrire sur le long terme.

Pour les Lions Indomptables, la Coupe du monde est encore loin.

Daniel Pascal Nsongo