Annuaire association

Supprimer toutes les publicités avec l'asso-pack + ?
Commander !

Cotizasso, gérer les cotisations de vos adhérents

Crée en 2006 par un rassemblement des anciens footballeurs camerounais de diverses générations des lions indomptables, l'associatiion des sportifs camerounais-ASC est une association de droits français type 1901 à objet sportif et culturel; son but est de promouvoir , développer le sport ,la culture et le vivre ensemble au sein de la diaspora Africaine.

L'ASC est le plus grand mouvement des sportifs camerounais   de la diaspora.

LA LIGUE 1 FAIT SA RENTREE

 

Hier SAMEDI 7août 2010  avec le lancement du championnat professionnel de football  de ligue 1 , après la ligue 2 et le national  le football a repris ses habitudes dans l’hexagone  loin des bruits du  VUVUZELA classé   l’outil  sonore le plus  nuisible de cet été ,en attendant le match  des girondins de BORDEAUX qui se déplacent à Montpellier ce soir à 21H ;

nous avons pu évalué le niveau de préparation des équipes ,même si les premières performances nous paraissent anecdotiques comme le veut la tradition à la reprise ,les vainqueurs ont 3 points ,les perdants restent sans point et pour les autres ,le  match nul ne rapporte qu’un seul point ;

Dans la rubrique des faits marquants de la journée, nous retiendrons que le PSG a confirmé sa forme de la phase préparatoire en s’imposant par 3-1 face à une équipe de l’ASST Etienne  à la recherche de sa vitesse de croisière ,MEVLUT ERDING l’attaquant parisien a ouvert le compteur de buts de la saison de Ligue1 2010-2011 dès la 4èmeminute   une saison que nous espérons plus prolifique que la saison dernière ,les buteurs se sont montrés plus discrets  qu’en 2009 avec seulement 21buts contre 25 pour la saison écoulée en attendant la rencontre décalée de ce soir ;

la journée  du samedi  s’est ponctuée par 5 victoires pour autant de défaites et 4 matchs nuls avec  deux victoires à l’extérieur par NANCY à LENS et CAEN le promu qui a crée la sensation en battant l’OM le champion en titre au stade vélodrome ;

Si le regard sur l’entame de cette saison se veut plus indulgent sur la qualité du spectacle nous saluons la performance du PSG qui s’est montré l’équipe la plus offensive avec 3 buts marqués et prenant par le même fait la première place du classement provisoire de LIGUE 1 ;

le bilan mitigé des promus  ,malgré la sensation des normands au Vélodrome ,s’est soldé par une victoire  et deux défaites  ,malgré l’ouverture du score à SOCHAUX par ARLES-AVIGNON ;

la triste nouvelle nous vient de Toulouse qui a perdu sur blessure son  attaquant vedette  ANDRE PIERRE GIGNAC  selon son entraineur ,  Alain Casanova, est revenu sur sa blessure après la rencontre :

"Il a passé des examens dans une  clinique toulousaine,sa cheville a bien tourné mais elle semble s'être remise en place .il est trop tôt pour savoir si la malléole ou les ligaments sont touchés"(Avec AFP)

Du coté de Marseille ,la semaine marquée par les velléités de départ de  NIANG (FENERBAHCE) et BEN HARFA (NEWCASTLE) vers d’autre cieux  a perturbé la concentration et surtout exaspéré DIDIER DESCHAMPS  , l’entraineur marseillais  pense que son groupe a besoin de se renforcer pour être plus performant malgré le manque de moyens ,une exigence faite à sa direction selon lui  qu’il faudrait traiter coute que coute,

«Certains joueurs sont en stand-by dans leur tête. Ce dont je suis convaincu, en revanche, c'est que cette équipe a besoin d'être renforcée. Si l'on avait gagné 4-0, cela n'aurait rien changé à ma vision des choses. Mais je ne détiens pas les cordons de la bourse. Et si on ne peut la renforcer, je me résoudrai à tirer le maximum de cet effectif. J'ai déjà dû me battre beaucoup pour contrer les velléités de départ de certains... Mes dirigeants savent, mais je n'ai pas la dernière décision. Mais si on ne peut pas, on ne peut pas...»

Depuis 7 ans le champion  en titre n’avait pas perdu son match d’entame de saison  comme LYON face AU LOSC en 2003 ,l’OM   s’est incliné hier dès la première journée ce qui n’empêche pas de rêver d’un titre en fin de saison les jeux sont ouverts !

l'entraineur parisien ANTOINE KOMBOUARE a voulu revenir sur la performance des parisiens

«Cette première victoire doit vous soulager, vous et toute l'équipe ?
On a eu des soucis mais c'est un gros soulagement. On a le sentiment de ne pas avoir fait un gros match alors c'est tout bénéf'. C'est un sentiment mitigé mais aussi une énorme satisfaction. On a parfois flotté, on n'a pas été super bon mais efficace. Le fait d'avoir marqué très vite nous a mis dans une situation un peu difficile, c'est vrai. On est descendu assez bas et on a été quelquefois en difficulté. Avant l'égalisation, on avait pourtant eu pas mal de situations pour se mettre à l'abri. Être leader, c'est anecdotique et je ne fais pas semblant.


Quels enseignements peut-on y voir pour la suite ?
Ce n'est que le premier match et il ne faut pas tirer de conclusions. On a joué par à-coups, à l'image de Nenê, mais on peut faire très mal même s'il y a pas mal de réglages à faire. Il a deux occasions, il met un but. Cette efficacité, c'est pour ça qu'on l'a fait venir. Si on compare avec la saison dernière, je signe tout de suite. On jouait souvent très bien mais on avait du mal à marquer. Dans 4-5 matches, on aura une idée plus précise du comportement de l'équipe. Les joueurs offensifs ont marqué dans le jeu, cela veut dire qu'on est capable de produire un jeu collectif. Le gros avantage, et l'adversaire en est conscient, c'est qu'on a un gros potentiel offensif. L'idée, c'est de faire peur. Je préfère qu'on joue moins bien et qu'on fasse mal.

Lire la suite


LA FAUSSE NOTE ET L'ACCORD IMPARFAIT DE LA FECAFOOT

Les torpilles et les taupes de la Fécafoot  

04 Août 2010
 Daniel Nsongo

● Avant notre propos, nous aimerions dire au sujet de la retraite internationale de Rigobert Song, qu'il aurait fallu des adieux plus soutenus, de la part du monde du football camerounais, des adieux plus reconnaissants, de la part des instances et un peu plus de gratitude de part et d'autres. Même si voir RIGO tirer sa révérence et annoncer sa retraite internationale était attendu par le public camerounais, la réaction des autorités sportives nous a paru mitigé, froide, même agacée au regard de la carrière internationale de celui qui restera comme le N°4 emblématique du CAMEROUN. L'homme qui pendant 16 années de sa vie a donné de sa sueur, de son sang, de son souffle, de sa santé pour la patrie sous le maillot des Lions laisse désormais derrière une tanière infestée de pseudos leaders.

Martin Etongue a-t-il été nommé sélectionneur sans auditions ?
Les responsables de la fédération camerounaise de football qui avaient eu l'inélégance sournoise de préciser à Jacques SONGO'O leur désaccord sur la liste des Lions potentiels pour le rendez vous polonais du 11 aout 2010 en modifiant contre son gré la liste des hommes retenus nous remontrent la direction de la case départ de l'anarchie, de l'ingérence, du trafic d'influence, et du despotisme; il n'est pas à la fédération de faire la liste des joueurs mais à un sélectionneur nommé ou son suppléant connu en la personne sus-citée.

GEREMI, SOULEIMANOU, WEBO, IDRISSOU, KAMENI, EMANA, ALEX SONG, NGUEMO, un groupe d'hommes dont RIGOBERT SONG aura été le "mentor" ferait de ces hommes les moutons noirs de la débâcle du Cameroun en Coupe du monde ?  Peu, trop peu crédible cette version pour nous faire croire que les problèmes des Lions ne venaient de façon unilatérale que de cet axe ; l'axe du mal idéal pour une opinion interne partisane et loin d'être impartiale par une mise à l'écart officielle qui ne concorde pas avec la réponse de Samuel Eto'o à la sortie de la Coupe du monde, « nous sommes tous responsables », mais responsables de quoi ?

La fédération distribue les bons et mauvais points à qui elle veut, comme elle veut. Il ya des textes à respecter or sans ce souci fondamental de l'institution, nous aurons du mal à y parvenir, parce que ni le secrétaire d'une fédération ni les membres des commissions n'ont mission et prérogatives voire compétences de sélectionneur, alors qui a retiré les 5 noms de la liste proposée par Jacques SONGO'O ?

(Emana'' je taime  MON 10 moi non plus ''

MARTIN ETONGUE, membre de la commission des compétitions près de la FECAFOOT, avec l'accord du secrétariat général, va se charger de liquider ALEXANDRE SONG, ACHILLE EMANA, CARLOS KAMENI les amis d'hier et d'exécuter la convocation de JEAN II MAKOUN qui initialement, selon la cellule technique, payait par sa non présélection les fruits défavorables de sa Coupe du monde. Puis la mise à l'écart de FRANCK SONGO'O a ramené la liste à 22 personnes, la Fécafoot estimant arbitrairement qu'un entraineur ne peut pas sélectionner son fils tout en lui reconnaissant un profil favorable et son appartenance à l'antichambre des Lions et sa valeur olympique, du n'importe quoi.

Demain ils refuseront peut être à FRANCOIS OMAM BIYIK, si ce dernier était nommé, de sélectionner JEAN ARMEL KANA BIYIK pour raisons familiales et pourquoi pas JUNIOR OLLE OLLE parce que son père est un ancien footballeur... Treve de plaisanteries, les camerounais à la fédération ont perdu la boule, personne n'a jamais dénoncé les sélections réservées à JOSLAIN MAYEBI parce que nous croyons en la valeur de chaque jeune camerounais peu importe qu'il soit le fils du vice président de la FECAFOOT ou pas les jeunes ont droit à une chance. Les Hollandais, finalistes de la dernière Coupe du monde, qui ont répondu au calendrier FIFA par une liste de jeunes joueurs n'ayant pas appartenu au groupe en Afrique du sud sont ils plus bêtes que nous?

La honte et la contradiction aidant, les Lions risquent de se rendre en Pologne avec un seul gardien de but car l'obtention du visa SCHENGEN pour AMOUR TIGNYEMB risque de se compliquer. Nous revoilà dans nos incohérences, et aux errements de la coordination autour des Lions indomptables. Les « Blancs mercenaires » sont partis, les « Noirs incompétents » ont pris la relève et le CAMEROUN en bave toujours. Pendant ce temps, JOSLAIN MAYEBI s'entraine avec la cellule des jeunes de l'association des sportifs camerounais(ASC) à PARIS lui qui dans la hiérarchie des gardiens camerounais professionnels était en 4e position il y a un an !

L'usurpation de titre de sélectionneur pour M. ETONGUE, cet exécutant des basses œuvres, est une action qui pourrait lui couter sa place à la fédération si le MINSEP se devait d'appliquer avec rigueur la procédure de dénonciation à usurpation quant au respect des dispositions du décret N° 85/192 du 14 AOUT 1985 modifiant le décret N°72/600 du 31 octobre 1972 chapitre 3 article 6 (nouveau) sur le simple fait d'avoir convoqué des joueurs sans être nommé par décret, des joueurs autres que ceux préalablement inscrits sur la liste par un sélectionneur nommé  en la personne de JACQUES SONGO'O invité à assurer l'intérim sans condition.

A défaut d'être honnêtes, l'incompétence de certains dirigeants pourrait aussi être soumise à un droit de réserve car la liste proposée par JACQUES SONGO'O contre la POLOGNE constituait une revue  objective d'effectif de notre vivier avec une vision d'avenir dans le respect du rajeunissement des lignes amorcées sous PAUL LE GUEN.


La jeunesse de EMANA préférée à celle de MAKOUN, la valeur de ALEXANDRE SONG, le retour de NDJENG, ,et à la sortie contre toute attente on dispose plus tôt  d'une liste mal ajustée par la fédération qui avec finalement 3 joueurs défensifs du couloir gauche, BEDIMO, ASSOU EKOTTO et BONG confirme le rafistolage par des personnes peu avisées qui remplacent des postes par des noms et créent des pléthores  au risque de déséquilibrer le groupe.

Pendant ce temps à droite, on espère encore la polyvalence de  la part de MBIA et BINYA ou NDJENG et MANDJECK qui sont des milieux de terrains, oubliant des jeunes nationaux comme ABOUNA NDZANA qui faisait partie de la liste de 30 de PAUL LE GUEN, ou  BEBBEY KINGUE  de l’équipe OLYMPIQUE   qui répondent au critère compétitif d'arrière latéral droit.

Mais quand serons nous enfin cohérents avec nos idées ? Voila encore une liste de Lions entièrement constituées de joueurs expatriés.

Tant que la Fécafoot n'aura pas compris qu'il existe un levier d'émulation à promouvoir les joueurs locaux en équipe nationale il ne faudra pas s'attendre au miracle et surtout être surpris du niveau de notre championnat national à défaut de fixer de nouveaux critères de transferts.

Sur quels critères les joueurs ont-ils été remplacés, pourquoi ? et qui a ordonné la froide exécution des mondialistes déchus ?

Egocentrisme à géométrie variable

La liste féodale constituée par la FECAFOOT et initialement publiée par la fédération polonaise porte les signes de lâcheté et de trahison, un mot insignifiant pour des hommes sans vertus, sans classe, des hommes incapables de comprendre que lorsqu'une nation frise le ridicule en coupe du monde au yeux de tous comme le Cameroun l'a fait, on prend le temps de redorer son blason par une avalanche de mérites, un profil plus bas, plus humain. Or ce que nous vivons, quasiment un mois et demi après le 19 juin et la défaite face au Danemark, c'est la relance de la promotion des égos démesurés et une démonstration de puissance inutile un combat de Don Quichotte dans une tanière sans leader, un bras de force qui risque d'avoir un effet boomerang dès la nomination du nouveau staff technique parce que le Cameroun ne peut pas avancer ainsi. Et ça fait 10 ans que ça dure !

Le bilan n'est pas plus à l'avantage de ceux qui administrent cette instance. Le président IYA et ses adjoints doivent comprendre aujourd'hui que rien ne peut avancer ainsi, et que sauf si on veut sa mort définitive dans ce pays, le football n'ira nulle part sans une pensée plus élaborée et des hommes compétents à des postes sensibles.

Martin Etongue est-il au dessus de la volonté ministérielle d'apaiser par le dialogue la tanière des Lions, et pourquoi ces joueurs seraient-ils plus responsables que Samuel Eto'o ? Nous ne pouvons pas donner raison au capitaine sans donner tort aux autres et vice versa en prononçant cette caduque suspension de Mondialistes qui ne repose sur aucune procédure disciplinaire. Nous dénonçons le caractère égocentrique à géométrie variable. La gestion des Lions replonge cette tanière dans une ébullition en puissance et il est temps que la fédération fasse le ménage en procédant à la dératisation de ses taupes agaçantes. Ces hommes insignifiants que Paul Le Guen avait réussi à réduire à un rôle purement formel et qui s'accrochent à leur poste par des actions malsaines qui nuisent à la Nation. Le Cameroun n'a plus besoin de ça !

Le Cameroun va-t-il recommencer avec les sélections de couloirs et le chaos comme avant l'ère Le Guen ?

Il serait grand temps que toutes les voix qui se sont élevées avant la Coupe du monde viennent proposer des solutions car le silence des cadres du football national laisserait la FECAFOOT aux mains de décideurs incompétents qui n'ont jamais su trouver des réponses aux problèmes posés et qui ne cessent de sauter de case en case à implorer la providence.

Il est facile pour des hommes qui ne se sont jamais remis en question après tant d'années d'échecs et tant de mésaventures, après autant de mauvais résultats, de désigner publiquement des coupables sur la base de leurs sentiments personnels, sans défense préalable, sans base règlementaire. Le ministre des sports a souhaité que les joueurs ne soient pas sanctionné, mais pourquoi la Fécafoot s'est elle entêtée coûte que coûte à faire tomber les têtes ? Qui tire les ficelles derrière cette action de la FECAFOOT et à qui profite le crime ?

Le MINSEP ayant lui-même jugé un dispositif disciplinaire nécessaire pour le futur, n'avait il pas compris qu'il n'y a de sanction possible dans un tel cas sans règle préalable, qu'en flirtant avec le despotisme ? Il s'en est abstenu mais la fédération ne l'a pas jugé ainsi. On ne peut pas dans un pays remettre à chaque fois impunément les hautes autorités en ballotage sans ébranler la légitimité de leur action et leur crédibilité, sous prétexte que la FIFA nous protège. Il revient à la tutelle de marquer sa poigne à défaut de partir sinon tout ce cirque devient ridicule; il ya un temps pour chaque chose et il faut que ça cesse .

Violation de confidentialité en haut-lieu

Nous regrettons le climat d'hypocrisie et de fausses amitiés qui règne actuellement autour de cette équipe nationale et entretenu par certains dirigeants. Des joueurs qui posent ensemble devant les caméras du monde et qui se tirent dans les pattes une fois le dos tourné aux projecteurs; des hommes qui s'appellent tous les jours pour faire la fête ensemble et qui se vouent une haine diabolique, c'est hypocrite et malsain. Tout comme il est déplorable qu'après une rencontre entre la FECAFOOT et Lothar Matthäus, l'Allemand désigne par voie de presse la première dame camerounaise comme responsable d'un verdict qui n'a pas encore été rendu public. Ce dernier impair nous amène à nous poser des questions :

  • y a-t-il une taupe au sein de la FECAFOOT ? qui a révélé à Matthaüs qu'il ne faisait pas partie de la short-list définitive ?
  • qui a osé insinuer auprès de l'Allemand que son désaveu venait de l'image négative que son épouse a véhiculé par son infidélité, et du déficit d'image qui n'était pas du goût de la première dame ? Et même si cette raison était fondée, n' y a t il pas en l'espèce une violation de confidentialité en haut lieu ?

Il revient à la FECAFOOT seule de répondre de ces fuites et de sa proximité avec l'équipementier PUMA dont Matthäus aurait été le premier choix, puisqu'elle était en première ligne avec une commission en mission secrète en Europe. Aux membres de la Fécafoot de nous en dire d'avantage.

GASPILLAGE ET ABERRATION

La FECAFOOT est la seule fédération au monde qui se déplace pour auditionner des entraîneurs étrangers à l'étranger, pourquoi ? Une aberration comptable pour un pays qui a acquis la culture de la dilapidation de deniers, grâce aux primes des missions, aux frais de séjours, des billets d'avion, et de chambre d'hôtels luxueux.

Alors que les candidatures sont proposées au siège de la FECAFOOT à Yaoundé et que, selon les usages du métier, il est au demandeur de se déplacer pour amorcer les négociations, pour notre fédération à nous, c'est à l'offrant de faire le déplacement par des transactions compliquées et cafouilleuses avec divers agents. Qu'un expatrié soit à la tête des Lions, nous n'y trouverons rien à redire mais à condition que la procédure pour son recrutement soit respectée et que sa compétence soit justifiée et démontrée !

Certes, l'art de prendre des gens pour des imbéciles est devenu une pratique de coutume dans notre pays au détriment de l'efficacité des services. Tout le monde profite des avantages d'un appareil fédéral improductif, inadapté pendant que le ministre des sports et de l'education physique se dépatouille à développer une réforme qui fait déjà partie du dispositif de la CAF. S'il vous plait, malgré le risque d'être taxé d'ingérence, la FECAFOOT peut-elle expliquer à la tutelle que la sélection A' existe déjà et que le championnat d'Afrique des nations est disputé par des équipes nationales locales lors du CHAN ?

Le MINSEP lance des pistes comme si de ce dispositif nous tenions la cause du désastre des Lions. Libre à nous de continuer à brasser du vent.

Si cette option fait partie de l'arsenal du prochain staff, sur quel base va-t-il reposer pour convoquer des joueurs sans user d'un droit canon par excellence au dessus du dispositif FIFA déjà en place jusqu'en 2014 ? Une convocation tous les deux mois est elle possible ? Comment va-t-elle s'intégrer au programme FIFA ? Les adversaires seront-ils disponibles et prêts à s'adapter aux dysfonctionnements du système camerounais ? Il nous est difficile de l' admettre en regardant comment se compose le calendrier FIFA et les dates FIFA 2010 :

11 août : Date réservée aux matches amicaux
04-08 septembre : Dates réservées aux compétitions officielles
09-13 octobre : Dates réservées aux compétitions officielles
17 novembre : Date réservée aux matches amicaux

Alors que le Minsep avance ses pistes, à Tsinga, on tergiverse et on tâtonne. La FECAFOOT n'a à ce jour rien proposé; aucune révision de son projet national du football, aucune remise en question, aucune disposition disciplinaire, aucune charte d'éthique. Mais un jour il sera trop tard, trop tard pour la désolation lorsque la presse se montrera peu tendre à l'égard de ceux qui scellent à l'airain l'évolution nationale par leur manque de culture et de vision, par une incompétence que nous ne voulons plus taire. D'autres moins élégants auraient dit : BASTA ! Mais puisque les coupables et boucs émissaires sont tous nommés, continuons ainsi mais au moins gagnons des titres on ne paie rien à attendre !

Daniel Pascal Nsongo

 

 

Lire la suite


HOMMAGE A UN CHAMPION DU CINQUANTENAIRE

 

JOSEPH BESSALA  L’EMBLEME D’UNE JEUNESSE S’EN EST ALLE .

Quand les souvenirs de notre jeunesse nous envahissent parfois dans la nostalgie du temps ,une image ,un moment ,un évènement s’impose à notre rétrospective pour  vivre comme un flash  les faits marquants d’une existence que chaque heure passée a rempli de péripéties.

Nous ne saurions  donner un sens au cinquantenaire sans y coller le visage d’un des enfants de notre pays qui  a su porter hauts les couleurs de la nation après l’indépendance  du CAMEROUN ;

En 1965 lorsqu’il remporte les jeux –d’Afrique à BRAZZAVILLE en république du Congo  ,l’hymne camerounais se chante  encore dans sa première version signifiant comme il plaisait aux forces  coloniales «  qu’autrefois tu vécus dans la barbarie »

Né le  1 janvier 1941 à DOUALA  originaire de la LEKIE  Jo BESSALA ,décédé  le 24 avril dernier de suite d’une longue maladie , a été inhumé dans la localité d’ENOBITA (arrondissement d’ELIG NFOMO) le 19 juin 2010 ,un choix de date  mystérieux , surprenant  ,irrespectueux compte tenu du calendrier des lions indomptables   en coupe du monde , un enterrement voulu discret, pourquoi ?

nous n’en savons rien,  après 54 jours de tergiversation administrative, une attitude  qui a frôlé l’indignation, quand on se souvient  que JO BESSALA a été le premier médaillé olympique de l’histoire sportive de notre nation  à MEXICO en 1968 médaillé d’argent   en BOXE perdant en finale devant l’allemand WALTER WOLKE, ça choque ! et au curé de dire :

 « Comment se fait-il que ce grand homme soit enterré un jour où nous sommes aussi distraits … « Comme c’est le lot de nos  héros, il n’a pas reçu grand-chose de ce sacrifice .»

Deux fois champion d’Afrique des WELTERS ,en 1966 à Lagos au Nigéria il bat EDDY BLAY et deux ans plus tard face au zambien JULIUS LUIPA à Lusaka (1968) il confirme en conservant sa ceinture  hors de ses terres ce qui rend ses succès plus symboliques ;

Alors Qui peut imaginer l’enterrement de ROGER MILLA le  jour d’un match des lions indomptables  ?

 que DIEU lui prête longue vie  ,nous avons vécu cet impression de  mépris il ya quelques années pendant les obsèques du Maréchal MBAPPE LEPPE   il est  triste de ne pas voir une nation accompagnée ses défunts champions  dans la prière, des hommes d’honneurs que la nation perd sur le chemin à notre avis mérite plus d’égards et de considération, c’est une question de  sensibilité humaine  et de gratitude élémentaire .

« JO  BESSALA »UN CITOYEN CAMEROUNAIS SYMBOLE DE L’UNITE NATIONALE !

Celui à qui la boxe camerounais doit ses plus grandes lettres de noblesse ,a su marquer l’histoire de notre continent , mais  pour le Cameroun, JO était le symbole d’une jeunesse unie  dans le sport  au-delà des diverses tribus de notre pays ,au delà des divisions régionales JO ETAIT UN CITOYEN CAMEROUNAIS UN CITOYEN DE L’UNITE NATIONALE car tout camerounais se reconnaissait en lui comme une fierté de la patrie .

Joseph BESSALA s’en est allé ! laissant dans nos mémoires l’image  du  plus grand boxeur du siècle de notre continent , à 62 ans il  rentre désormais au panthéon du sport camerounais   promu à titre posthume officier de l’ordre  national  de la valeur ,dans le respect de la mémoire et des œuvres de nos concitoyens les plus émérites ,par cet hommage  au nom des sportifs camerounais de la diaspora Merci   JO que ton âme repose en paix !

 

 

 

 

Lire la suite


Nous sommes le 25 juin 2010. Alors que demain nous commémorerons le 7e anniversaire de la disparition de Marc Vivien Foé, le destin nous impose un bilan affligeant certes, avec cette sortie en Coupe du Monde, mais de moindre tristesse au regard de la perte que notre nation a connu le 26 juin 2003 à Lyon.

Marco, paix à ton âme. Un leader manque à la Nation


Marc Vivien Foé
( 01.05.1975 - 26.06.2003) © Photo Ben Radford/Allsport

Tu n'aurais jamais voulu vivre une telle humiliation pour ceux qui t'ont connu, qui t'ont fréquenté, qui t'ont côtoyé. Pour cette patrie aujourd'hui bafouée, tu as laissé un vide, difficile à combler pour ta famille, pour tes enfants, pour ton pays aussi. Un leader manque à la nation parce que tu as donné ta vie à ce pays Pendant que certains badinent sous la bannière et que dans la tanière les malins s'amusent, d'autres plus loin mesurent la gravité de cette absence comme Lucien. Ce compagnon de chambre au matin d'un drame qui n'oubliera jamais qu'il a perdu un frère, un ami, un guide.

Rigobert Song, ton autre compagnon, a bouclé hier après 16 années et 9 jours, des moments que tu aurais du partager avec lui en Coupe du Monde, après Jacques Songo'o ( 1990-1994-1998-2002) il devient le deuxième joueur africain et Camerounais ayant participé à 4 éditions de Coupe du Monde et le 1er africain ayant disputé 4 fois cette compétition (1994-1998-2002-2010). Une distinction d'honneur certes, mais salie par ses pairs sans respect d'un homme, qui, bien que décrié, a toujours offert son engagement avec dignité à son pays. Le tout dans la loyauté et l'abnégation.

En 1994, vous avez ensemble effectué vos débuts dans cette compétition. Une distinction d'honneur que nous te décernons à titre posthume, mais à travers laquelle nous voulons te dire combien les choses vont de travers pour ton pays le Cameroun. Et rajouter que ce football que tu as connu n'est plus d'actualité. Tout va mal, très mal.

Le crépuscule des champions !

Lorsqu'on regarde notre bilan en Coupe du Monde, il nous montre des chiffres que nous ne voulons pas voir. Ce bilan nous invite plus à la réflexion vers une amélioration de nos performances dont la moyenne est critique pour ne pas dire faible. Mais lorsqu'une nation se plaît à s'accrocher à la nostalgie laissée dans les cieux par une comète, la désillusion nous guette et nous expose à un résultat aussi pauvre et un constat d'échec affligeant.

En 6 éditions de Coupe du Monde, le Cameroun aura disputé 20 matches et engrangé 4 victoires, 7 nuls et 9 défaites. Les Lions Indomptables affichent ainsi des statistiques assez peu élogieuses pour prétendre actuellement à mieux ou à des titres pompeux : (1/5 victoire, 1 /3 nul, 1, 3/2 défaite).

Paul Le Guen est responsable, mais...

La responsabilité technique de l'équipe nationale, qui désigne le sélectionneur en cas de résultat négatif comme celui qui doit porter et assumer les responsabilités, est un exercice facile et logique mais qui ne doit pas masquer les failles d'un système qui ont mené le sélectionneur dans une telle situation.

Nous ne reviendrons plus sur la performance sportive du Cameroun. La défaite face aux Pays-Bas a conclu le bilan du Mondial 2010 avec zéro point. Nous ne parlerons plus de la perméabilité de ce flanc gauche des Lions durant toute la compétition qui aura reçu la palme de médiocrité pour l'ensemble de son œuvre. Avec 5 buts concédés durant cette Coupe du Monde, nous affichons un autre record, qui met au passif de Paul Le Guen une performance dérisoire.

En mars 2009, lorsque nous avons lancé l'appel au plan d'urgence pour les Lions Indomptables après le Togo-Cameroun (1-0) d'Accra qui a scellé le sort de Otto Pfister, la restructuration de notre politique générale sur le football national peu avant les élections à la tête de la fédération, a été posée comme une question fondamentale qui exigeait de chaque candidat un projet propre et clair à présenter au public Camerounais .

Nous avons dénoncé les résultats de nos clubs dans les compétitions africaines et internationales, souligné les dérives de la formation, et l'absence des professionnels du football au sein d'un appareil comme la FECAFOOT qui est censé diriger les footballeurs.

Nous avons souligné la nécessité d'une Règlement intérieur au sein des Lions, d'une Charte d'engagement sous les couleurs nationales et des sanctions pour ceux de nos compatriotes qui s'en éloigneraient, notre pays est resté dans l'idolâtrie et le copinage source d'un laxisme coupable qui rend explicable chaque écart de comportement, une attitude qui a laissé place à l'impunité tolérée par nos instances qui ont laissé croire dans notre pays qu'un footballeur professionnel peut faire à son gré sous les couleurs nationales ce qu'il ne fait pas en club .

  • Albert Roger Milla, à titre de président d'honneur de la Fécafoot, a-t-il proposé des solutions aux organes dirigeants de la fédération ?
    Albert Roger Milla est-il consulté par le président Iya Mohammed dans ses prises de décision même si l'ambassadeur itinérant n'a pas de voix délibérative aux assemblées ?
    A qui doit-il adresser ses rapports, ses craintes et ses constats ? Nous excluons la presse étrangère à ces questions à choix multiples.
    Quelles sont les prérogatives de l'Ambassadeur itinérant en matière de football national ?
    N'est il pas temps de lever le flou sur ces fonctions superflues ?

Il faut  des propositions concrètes pour la jeunesse, une direction pour l'avenir.

Paul Le Guen, responsable et ignorant, malgré les appels qui lui ont été adressés, s'est fermé par inaptitude et fait le dos rond sur nos réalités locales. Il peut se plaindre de ''n'avoir pas eu un groupe plus soudé que ça'', une nation ne se gère pas comme un club, on ne dirige pas des internationaux comme des salariés mais comme des patriotes. Comme un commando ou une armée d'élite. L'adhésion au projet de groupe se fait autour de la patrie et non des hommes. Ces derniers doivent plutôt se battre pour la nation et c'est ce qui fait la force d'une Equipe Nationale.

Mais la politique ne doit pas prendre le football en otage

Le rôle de la politique n'est pas de gérer le football fédéral comme la tendance se prête actuellement à souhaiter, ni de le prendre en otage, mais de lui donner les moyens de mieux générer ses ressources et de favoriser son auto développement pour le bien de la nation et de la jeunesse. Lorsque le ministre s'occupe de rentrer dans le vestiaire pour proposer une liste au sélectionneur, c'est que l'organisation fout le camp et que nous courons à la dérive. Mais si nous en sommes arrivés là, c'est que des erreurs ont été commises de part et d'autres dans ce système. Des fautes que chacun doit assumer Le temps n'est-il pas venu enfin de mettre ce système à plat et proposer des solutions nouvelles avec des gens nouveaux vers une dynamique nouvelle ?

On ne peut pas faire du neuf avec du vieux, mais tant que certaines questions restent en suspens, notamment celle du salaire moyen du sélectionneur national et des entraîneurs nationaux. Celle du rôle des managers véreux auprès des entraîneurs nationaux toutes catégories confondues. Cela parce que le retour à la logique nationale est un risque pour la professionnalisation de notre équipe nationale et qu'avec des dérives vers le corruption qui ont émaillé la tanière par le passé, il ne faudrait pas se louper.

Daniel Pascal Nsongo

Lire la suite


LES LIONS LEGUEN ET LE BONNET D'ÂNE 2010

Avec les lions indomptables dorénavant toutes les déceptions se suivent et se ressemblent ,sous PAUL  LE GUEN elles sont encore plus affligeantes que du temps d’OTTO PFISTER  ,lui que nous avons voulu par sa jeunesse, moins sénile plus loyal ,plus à l’écoute ,plus rigoureux ,plus discipliné , est très vite rentré dans le système et dans le  rang en  plongeant  son modeste talent ,ses acquis et sa compétence  dans les doutes de notre confiance malheureusement ;

Samedi les lions ont porté le bonnet d’âne en devenant la première équipe éliminée avant la troisième rencontre de poule de la coupe du monde 2010  ,comme contre l’Egypte  ,le Cameroun  a encore perdu une rencontre largement à sa portée , faute d’un coaching juste et adapté à une compétition que le peuple Camerounais connait pour avoir vécu des désillusions par son passé, une humiliation que la nation camerounaise redoutait ;

Les lions ont bachoté comme des cancres dans cette coupe du monde il ne sera pas nécessaire de leur poser la question philosophique de savoir si « il est faut oublier son passé pour se créer un avenir » ni même à PAUL LE GUEN car le Cameroun a honte de cette jeunesse insolente ,imbue prétentieuse .

 la honte  subit par le CAMEROUN est  néanmoins la juste sanction d’une politique d’approbation de la pensée unique  et d’une méconnaissance de certains outils que l’on a cru  maitriser ,mais il ne faut pas se leurrer ,le monde  des lions indomptables camerounais est plus complexe qu’il ne parait, le ministre l’ a compris  bien tard , très tard parce que le mal était fait  , « on ne peut pas gérer le football avec des lutteurs et des judokas comme conseillers  spéciaux » nous dit un ancien lion indomptable désabusé  ;

LA NATURE RESERVE A CHACUN LA COMPENSATION DE SON ŒUVRE !

SAMUEL ETOO qui a vécu «  la plus grosse désillusion de sa carrière » avait  pourtant donné le ton d’une rencontre qui s’annonçait de bonne augure pour les lions mais avait il oublié que  lorsque DIEU a crée ce monde il avait  séparé la lumière et les ténèbres ,la victoire et la défaite marche ensemble il suffit de peu pour passer du rire aux larmes et  cette désillusion  d’un avis général  nous la savions évitable ,à  s’en mordre les doigts aujourd’hui on  ne peut  avoir  que de regrets ;

Avoir des regrets  pour les jeunes lions qui voulaient juste  vivre une compétition et tout donner pour le maillot de leur pays  et qui se sont vus voler leur rêve par un conflit d’égos et une gestion calamiteuse du groupe sur les dernières semaines de préparation par PAUL LE GUEN qui a servi  au CAMEROUN une duperie par une cabale  d’hypocrisie déconcertante dans ses rapports avec les joueurs ,les médias ,les autorités et même son staff ,des regrets douloureux qui lui valent le bonnet d’âne  des entraineurs de cette coupe du monde  une distinction pour laquelle il a réussi à coiffer sur le fil RAYMOND  DOMENECH ,il fallait le faire !

mais la nature réserve à chacun la compensation de son œuvre.

Se projeter dans la construction  de demain c’est facile ,trop facile après un échec aussi cuisant pour ne pas réclamer des têtes nous avons presque  envie de répondre au capitaine des lions indomptables  que c’est  l’impunité  institutionnelle qui a entrainé le CAMEROUN dans ce gouffre  et qui est une des raisons pour les quelles la nation camerounaise est meurtrie aujourd’hui triste depuis hier et abasourdie par le résultat de ce CAMEROUN- DANEMARK du 19 juin 2010 qui restera dans les mémoires comme le chant du cygne qui sonne la fin de la gloire pour une nation de football grande hier et ridicule aujourd’hui  ,encore  faudrait il  savoir admettre quand le rêve s’achève , savoir accepter  que tout est fini désormais et se dire que  s’en est fait pour les lions, le CAMEROUN ne fera plus jamais peur à personne ;

DU CHOIX DE LINZ A LA RESIDENCE DE DURBAN !

 La préparation athlétique du Cameroun a été menée de façon très studieuse ,très méthodique ,et très professionnelle selon le constat que nous avions effectué en Autriche malgré nos  réticences sur la ville de LINZ  à 266 m au dessus du niveau de la mer nous avons posé la question cruciale des enseignements de la CAN par rapport à l’altitude qui attendait  les lions en AFRIQUE DU SUD   a ALEXANDRE RIBEIRO sur le choix d’un site peu adapté à une préparation adéquate  des efforts en moyenne altitude , selon lui l’avis général des médecins  des autres nations avaient motivé ce choix  , les risques étaient négligeables nous avait il répondu ,mais nous aurions souhaité ne pas avoir raison et voir le CAMEROUN gagner face au Japon et face au Danemark  mais les lions ont manqué de gaz ,et de part cette résidence à DURBAN à 0 m quasiment au niveau de la mer,  n’a pas arrangé le problème de la fraicheur des hommes qui tout comme l’équipe de France courait en puissance  jusqu'à perdre le souffle  là ou l’effort se devait d’être le plus court et le moins violent possible pour rester lucide ;

l'altitude coupe les jambes à la pause quand on est insuffisamment préparé à l'affronter.

 PAUL LE GUEN a failli sur ce point banal en n’écoutant pas  cet appel tout comme DOMENECH qui n’a pas écouté GUY ROUX sur la même question ,or LE GUEN  savait que les 2 premiers matchs des lions se jouait  en temps hivernal à  BLOEMFONTEIN (1400m) et  à PRETORIA (1523 m) or aucune des rencontres de sa préparation n‘avait intégré ce facteur pour évaluer les performances de ses hommes  ni après  ,ni même  pendant son stage  en somme nous débouchons sur  les mêmes causes athlétiques  qui nous avaient valu la débâcle de LUBANGO , que  ni le ministère ni la Fécafoot n’ont soumis à expertise  puisqu’aucun bilan n’avait  été  fait après la CAN 2010 sinon Que celui  de virer THOMAS NKONO qui avait osé dénoncer les complicités maladroites de PAUL LE GUEN et de SAMUEL ETOO celles là qui nous auraient couté la défaite face au JAPON  nous valant une moribonde équipe des lions indomptables sans identité ni fil conducteur ce fameux premier match qui est  la cause des regrets eternels coté camerounais  .

Si le gouvernement camerounais venait à ne pas prendre des sanctions  tant pour la tutelle que pour la fédération  en ce qui concerne la gestion des lions et son administration  ce serait cautionner une mécanique désastreuse  car le projet des lions 2010 celui du football camerounais 2009-2010 a échoué avec l’élimination des U19 en coupe du monde en EGYPTE et la sortie des lions au 1er tour du mondial africain la messe est dite, le football camerounais sur le plan international est un fiasco il faut le dire .

Le Mexique , LE PARAGUAY ,LE CHILI ,l’URUGUAY  souffriront moins de ce facteur les premières semaines, alors que nous risquons de voir l’ANGLETERRE ,l’Espagne  ,La France  bien à la peine à la fin du premier tour l’altitude sera un adversaire ,le temps aussi ,le staff camerounais a eu les moyens d’y remédier hélas !

Le CAMEROUN au soir du 24 juin reprendra la route pour YAOUNDE le temps de laver un affront ou alors de quitter la scène mondiale avec la pire des prestations historiques  si les lions venaient à perdre  face à la HOLLANDE ;

Le temps pour le public camerounais de voir RIGOBERT SONG ,GEREMI NJITAP ,pour la dernière fois sous le maillot des lions pour un baroud d’honneur , l’ancien capitaine qui a été manipulé par PAUL LE GUEN qui a même pousser la trahison et le manque  de respect plus loin en le retirant sur la composition plébiscitée  par les joueurs   à leur grande surprise avant le match CAMEROUN –DANEMARK ,un atout psychologique majeur que l’entraineur camerounais n’a pas jugé bon d’utiliser  comme une victime qui creuse sa propre tombe ;

UNE TACTIQUE A LA RUE ET SANS RELIEF !

 La défense camerounaise qui a continué à prendre de l’eau depuis la CAN n’est donc pas du fait des hommes incriminés mais de la stratégie défensive collective mise en place par PAUL LE GUEN qui n’a jamais su répondre aux exigences et problèmes tactiques qui se sont posés aux lions pendant les deux compétitions ,BASSONG le suppléant de SONG qui n’a jamais su commander la défense camerounaise nous a paru tendre dans certaines situations de jeu qui nous ont ramené à l’esprit la présence du vieux lion ; une ligne de récupération basse et mal disposée véritable gruyère pour les attaques adverses ;

la mauvaise couverture défensive sur le flanc gauche qui a handicapé les lions pendant tout le match a mis en évidence les carences tactiques de PAUL LE GUEN ,tant dans le repositionnement de son effectif en cours de match que dans son coaching en remplacement lui qui avait choisi de faire attendre MAKOUN alors que les joueurs lui avaient proposé de le faire commencer et de le remplacer avec ENOH en deuxième partie de rencontre a fait tout le contraire pour assoir une sorte d’autorité par orgueil comme  si nous en étions encore là.

Si la désillusion de SAMUEL ETOO est grande la frustration des jeunes ne l’est pas moins ,avec un groupe dont le potentiel s’est  avéré largement au dessus de la moyenne des forces en présence le Cameroun  se retrouve éliminé pour des raisons qui pour nous ont paru  évitables ;

LE FORUM NATIONAL DU FOOTBALL …COMME UNE CHARRUE AVANT LES BŒUFS !

 une année 2010 comme la fin d’un cycle ,une génération s’en va une autre arrive  malgré le désastre    marquant pour les lions ,un cycle qui nous laisse plein d’ enseignements sur le brassard  et le pouvoir dans un groupe social ;  dorénavant il sera question de relève après le triste épisode de cette coupe du monde  ,mais la nation camerounaise risque de s’en remettre difficilement  le football était la dernière bouffée d’oxygène  d’une jeunesse mal en point  nous avons bien peur qu’avec une telle débâcle tout le chancelant système du football camerounais  soit ébranlé ,une onde de choc qui pourrait toucher  les jeunes ,les éducateurs ,le public débouchant sur une perte de confiance envers les instances ; le forum national du football n’a-t-il pas eu lieu trop tôt comme une charrue avant les bœufs ?

2012 marquera le 4ème cycle des lions indomptables une tendance qui s’annonce poussive que les camerounais  doivent se préparer à négocier  avec beaucoup de recul et de sagesse il nous faudra du temps pour rebâtir un football local compétitif par lequel passe une grande équipe nationale , encore faudrait il que  le pouvoir central le veuille ,le Cameroun n’ a pas d’autre  choix  ,ni d’alternative gracieuse  pour un avenir meilleur ,tout passera par de nouvelles  infrastructures , les espaces de jeu, et  les terrains dans les villes pendant  ce temps  notre  peuple réapprendra  à perdre sans passion ,à gagner sans orgueil une forme d’humilité que les camerounais ont perdu  avec le temps ,un manque de modestie  qui amplifie la tristesse et surévalue les attentes de notre équipe nationale qui n’a de cesse de montrer ses limites ;

chers amis  sportifs  ne serait il pas mieux  de bâtir une grande équipe avec des joueurs moyens  et combattants  que de garder une équipe moyenne avec des grand joueurs  peu soucieux des valeurs de  la patrie ?

Même si l’actuel capitaine peut accompagner les lions jusqu’à la CAN 2012 au GABON et en GUINEE équatoriale ,  le problème de son imminent départ anticipé va réellement se poser dans  cette sélection camerounaise  ,une éventualité dans l’air  du temps qui pourrait venir de lui-même par exaspération des critiques et de la pression que représentent les responsabilités nationales avec le double fiasco de l’année 2010 il faudra beaucoup de cran pour faire fasse aux attaques diverses du public camerounais et des cadres de la maison lions mais aussi plus de  concessions pour partager le leadership avec les nouveaux leaders que sont EMANA ,ALEXANDRE SONG , STEPHANE MBIA voire ASSOU EKOTTO la personnalité la  plus affirmée de ce quatuor qui impulsera la dynamique de la nouvelle génération  vers  le BRESIL  en 2014.

Lire la suite